WhatsApp : l’application demain inutilisable en cas de refus des nouvelles conditions ?

La messagerie de Facebook ne coupera pas dès le 15 mai ses fonctionnalités aux utilisateurs qui refusent la mise à jour, mais l’utilisation de l’application sera dégradée au fil des semaines…La messagerie de Facebook ne coupera pas dès le 15 mai ses fonctionnalités aux utilisateurs qui refusent la mise à jour, mais l’utilisation de l’application sera dégradée au fil des semaines…

Les utilisateurs de WhatsApp n’ont plus que jusqu’au 15 mai prochain pour décider s’ils acceptent ou non les nouvelles conditions générales d’utilisation de l’application de messagerie. Que risque ceux qui refusent la mise à jour ? Contrairement à ce qui était prévu, leur compte ne sera pas immédiatement supprimé, a indiqué la filiale de Facebook. L’utilisation de l’application sera toutefois dégradée. »Le 15 mai, WhatsApp continuera de fonctionner normalement et personne ne verra son compte supprimé suite à cette mise à jour », a indiqué la plateforme sur son site, invitant toutefois « les personnes qui n’en ont pas encore eu l’occasion à prendre connaissance de cette mise à jour et à l’accepter ».

« Après une période de plusieurs semaines, le rappel destiné à ces personnes finira par devenir récurrent. Dans ce cas, les fonctionnalités de WhatsApp seront limitées jusqu’à ce que vous acceptiez la mise à jour. Cela n’affectera pas tous les utilisateurs en même temps », a précisé la plateforme.

Application inutilisable après plusieurs semaines de fonctionnement limité

Il ne sera ainsi plus possible d’accéder à la liste de discussions, mais les utilisateurs ayant refusé les nouvelles règles pourront toujours répondre aux appels téléphoniques et vidéo entrants. « Après quelques semaines de fonctionnement limité, vous ne pourrez plus recevoir d’appels entrants ou de notifications, et WhatsApp cessera d’envoyer des messages et des appels sur votre téléphone », prévient le service de messagerie de Facebook.

En début d’année, l’annonce de ce changement des conditions d’utilisation, qui doit permettre de partager plus de données avec sa maison-mère Facebook et ses entités, avait pour rappel provoqué un tollé chez les utilisateurs.

Jusqu’ici, WhatsApp laissait le choix à ses 2 milliards d’utilisateurs de transmettre ou non les données collectées par l’application à Facebook. Mais la plateforme souhaite désormais rendre ce partage obligatoire pour faciliter le dialogue entre les entreprises utilisant des comptes WhatsApp Business et leurs clients.

Mise à jour repoussée

L’application avait tenté de rassurer les utilisateurs, en dévoilant une liste des éléments qu’elle ne partagera pas avec Facebook : « nous ne pouvons pas voir vos messages privés ni écouter vos appels, et Facebook non plus », « nous ne conservons pas les historiques des destinataires des messages ou des appels », « nous ne pouvons pas voir votre localisation partagée et Facebook non plus », « nous ne partageons pas vos contacts avec Facebook » et « les groupes restent privés », avait-elle assuré.

Annoncée en janvier avec une date butoir fixée au 8 février, la mise à jour avait finalement été décalée de plusieurs mois, au 15 mai, pour apaiser le mécontentement des utilisateurs, qui s’inquiètent du traitement des données personnelles. Certains avaient d’ailleurs choisi de se rabattre sur d’autres applications, supposées plus respectueuses de la vie privée, telles que Telegram, ou encore Signal, recommandé par le lanceur d’alerte Edward Snowden ou le patron de Tesla Elon Musk.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
23 + 28 =